Yves Blein

La République en Marche

Monsieur le Député,

Dans le cadre de l’examen du projet de loi sur la transformation de la fonction publique, les députés du groupe La République En Marche ont déposé un amendement (http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/amendements/1924/AN/910.pdf) destiné à instaurer le recours au « recrutement d’apprentis dans la Fonction Publique Hospitalière pour les professions d’infirmier, de masseur-kinésithérapeute, de pédicure-podologue, d’orthoptiste et d’orthophoniste ». Nous vous invitons à rejeter cet amendement inacceptable pour la profession d’orthophoniste. Il est stupéfiant que le groupe parlementaire majoritaire introduise une nouvelle voie d’entrée dans ces professions, alors même qu’une réforme plus vaste des études de santé est posée dans le cadre du projet de loi relatif à l'organisation et à la transformation du système de santé, avec notamment l’instauration d’un dispositif de recertification. L’apprentissage pour les professions de santé n’a jamais été discuté avec ces professions, aucune organisation des professionnels de santé n’a été consultée avant le dépôt de cet amendement. Nous craignons que cet amendement qui arrive ainsi subitement sans concertation aucune avec les professions concernées, avec les instituts ou les centres de formation, soit la réponse proposée par le gouvernement à la disparition des orthophonistes salariés, en raison des grilles salariales injustes qui leur sont proposées. Nous n’accepterons pas que des apprentis en orthophonie occupent les nombreux postes vacants en établissements médico-sociaux ou à l'hôpital. Les patients qui ont besoin d’orthophonie doivent accéder à des orthophonistes diplômés et non à des orthophonistes en formation.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Député, l'expression de mes salutations distinguées.

[Le nom que vous avez renseigné sera placé ici], orthophoniste de la région [La région que vous avez renseigné sera placée ici]

Communiqué de presse :

 01 40 63 60 00
 04 72 89 45 97

Bruno Bonnell

La République en Marche

Vous pouvez contacter ce parlementaire en vous rendant directement sur sa page Facebook. Vous pouvez également copier/coller le texte ci-dessous.

Dans le cadre de l’examen du projet de loi sur la transformation de la fonction publique, les députés du groupe La République En Marche ont déposé un amendement (http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/amendements/1924/AN/910.pdf) destiné à instaurer le recours au « recrutement d’apprentis dans la Fonction Publique Hospitalière pour les professions d’infirmier, de masseur-kinésithérapeute, de pédicure-podologue, d’orthoptiste et d’orthophoniste ».

Nous vous invitons à rejeter cet amendement inacceptable pour la profession d’orthophoniste.

Il est stupéfiant que le groupe parlementaire majoritaire introduise une nouvelle voie d’entrée dans ces professions, alors même qu’une réforme plus vaste des études de santé est posée dans le cadre du projet de loi relatif à l'organisation et à la transformation du système de santé, avec notamment l’instauration d’un dispositif de recertification.
L’apprentissage pour les professions de santé n’a jamais été discuté avec ces professions, aucune organisation des professionnels de santé n’a été consultée avant le dépôt de cet amendement.

Nous craignons que cet amendement qui arrive ainsi subitement sans concertation aucune avec les professions concernées, avec les instituts ou les centres de formation, soit la réponse proposée par le gouvernement à la disparition des orthophonistes salariés, en raison des grilles salariales injustes qui leur sont proposées.
Nous n’accepterons pas que des apprentis en orthophonie occupent les nombreux postes vacants en établissements médico-sociaux ou à l'hôpital. Les patients qui ont besoin d’orthophonie doivent accéder à des orthophonistes diplômés et non à des orthophonistes en formation.

Monsieur le Député,

Dans le cadre de l’examen du projet de loi sur la transformation de la fonction publique, les députés du groupe La République En Marche ont déposé un amendement (http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/amendements/1924/AN/910.pdf) destiné à instaurer le recours au « recrutement d’apprentis dans la Fonction Publique Hospitalière pour les professions d’infirmier, de masseur-kinésithérapeute, de pédicure-podologue, d’orthoptiste et d’orthophoniste ». Nous vous invitons à rejeter cet amendement inacceptable pour la profession d’orthophoniste. Il est stupéfiant que le groupe parlementaire majoritaire introduise une nouvelle voie d’entrée dans ces professions, alors même qu’une réforme plus vaste des études de santé est posée dans le cadre du projet de loi relatif à l'organisation et à la transformation du système de santé, avec notamment l’instauration d’un dispositif de recertification. L’apprentissage pour les professions de santé n’a jamais été discuté avec ces professions, aucune organisation des professionnels de santé n’a été consultée avant le dépôt de cet amendement. Nous craignons que cet amendement qui arrive ainsi subitement sans concertation aucune avec les professions concernées, avec les instituts ou les centres de formation, soit la réponse proposée par le gouvernement à la disparition des orthophonistes salariés, en raison des grilles salariales injustes qui leur sont proposées. Nous n’accepterons pas que des apprentis en orthophonie occupent les nombreux postes vacants en établissements médico-sociaux ou à l'hôpital. Les patients qui ont besoin d’orthophonie doivent accéder à des orthophonistes diplômés et non à des orthophonistes en formation.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Député, l'expression de mes salutations distinguées.

[Le nom que vous avez renseigné sera placé ici], orthophoniste de la région [La région que vous avez renseigné sera placée ici]

Communiqué de presse :

 01 40 63 60 00

Blandine Brocard

La République en Marche

Vous pouvez contacter ce parlementaire en vous rendant directement sur sa page Facebook. Vous pouvez également copier/coller le texte ci-dessous.

Dans le cadre de l’examen du projet de loi sur la transformation de la fonction publique, les députés du groupe La République En Marche ont déposé un amendement (http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/amendements/1924/AN/910.pdf) destiné à instaurer le recours au « recrutement d’apprentis dans la Fonction Publique Hospitalière pour les professions d’infirmier, de masseur-kinésithérapeute, de pédicure-podologue, d’orthoptiste et d’orthophoniste ».

Nous vous invitons à rejeter cet amendement inacceptable pour la profession d’orthophoniste.

Il est stupéfiant que le groupe parlementaire majoritaire introduise une nouvelle voie d’entrée dans ces professions, alors même qu’une réforme plus vaste des études de santé est posée dans le cadre du projet de loi relatif à l'organisation et à la transformation du système de santé, avec notamment l’instauration d’un dispositif de recertification.
L’apprentissage pour les professions de santé n’a jamais été discuté avec ces professions, aucune organisation des professionnels de santé n’a été consultée avant le dépôt de cet amendement.

Nous craignons que cet amendement qui arrive ainsi subitement sans concertation aucune avec les professions concernées, avec les instituts ou les centres de formation, soit la réponse proposée par le gouvernement à la disparition des orthophonistes salariés, en raison des grilles salariales injustes qui leur sont proposées.
Nous n’accepterons pas que des apprentis en orthophonie occupent les nombreux postes vacants en établissements médico-sociaux ou à l'hôpital. Les patients qui ont besoin d’orthophonie doivent accéder à des orthophonistes diplômés et non à des orthophonistes en formation.

Madame la Députée,

Dans le cadre de l’examen du projet de loi sur la transformation de la fonction publique, les députés du groupe La République En Marche ont déposé un amendement (http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/amendements/1924/AN/910.pdf) destiné à instaurer le recours au « recrutement d’apprentis dans la Fonction Publique Hospitalière pour les professions d’infirmier, de masseur-kinésithérapeute, de pédicure-podologue, d’orthoptiste et d’orthophoniste ». Nous vous invitons à rejeter cet amendement inacceptable pour la profession d’orthophoniste. Il est stupéfiant que le groupe parlementaire majoritaire introduise une nouvelle voie d’entrée dans ces professions, alors même qu’une réforme plus vaste des études de santé est posée dans le cadre du projet de loi relatif à l'organisation et à la transformation du système de santé, avec notamment l’instauration d’un dispositif de recertification. L’apprentissage pour les professions de santé n’a jamais été discuté avec ces professions, aucune organisation des professionnels de santé n’a été consultée avant le dépôt de cet amendement. Nous craignons que cet amendement qui arrive ainsi subitement sans concertation aucune avec les professions concernées, avec les instituts ou les centres de formation, soit la réponse proposée par le gouvernement à la disparition des orthophonistes salariés, en raison des grilles salariales injustes qui leur sont proposées. Nous n’accepterons pas que des apprentis en orthophonie occupent les nombreux postes vacants en établissements médico-sociaux ou à l'hôpital. Les patients qui ont besoin d’orthophonie doivent accéder à des orthophonistes diplômés et non à des orthophonistes en formation.

Je vous prie d'agréer, Madame la Députée, l'expression de mes salutations distinguées.

[Le nom que vous avez renseigné sera placé ici], orthophoniste de la région [La région que vous avez renseigné sera placée ici]

Communiqué de presse :

 01 40 63 60 00

Anne Brugnera

La République en Marche

Madame la Députée,

Dans le cadre de l’examen du projet de loi sur la transformation de la fonction publique, les députés du groupe La République En Marche ont déposé un amendement (http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/amendements/1924/AN/910.pdf) destiné à instaurer le recours au « recrutement d’apprentis dans la Fonction Publique Hospitalière pour les professions d’infirmier, de masseur-kinésithérapeute, de pédicure-podologue, d’orthoptiste et d’orthophoniste ». Nous vous invitons à rejeter cet amendement inacceptable pour la profession d’orthophoniste. Il est stupéfiant que le groupe parlementaire majoritaire introduise une nouvelle voie d’entrée dans ces professions, alors même qu’une réforme plus vaste des études de santé est posée dans le cadre du projet de loi relatif à l'organisation et à la transformation du système de santé, avec notamment l’instauration d’un dispositif de recertification. L’apprentissage pour les professions de santé n’a jamais été discuté avec ces professions, aucune organisation des professionnels de santé n’a été consultée avant le dépôt de cet amendement. Nous craignons que cet amendement qui arrive ainsi subitement sans concertation aucune avec les professions concernées, avec les instituts ou les centres de formation, soit la réponse proposée par le gouvernement à la disparition des orthophonistes salariés, en raison des grilles salariales injustes qui leur sont proposées. Nous n’accepterons pas que des apprentis en orthophonie occupent les nombreux postes vacants en établissements médico-sociaux ou à l'hôpital. Les patients qui ont besoin d’orthophonie doivent accéder à des orthophonistes diplômés et non à des orthophonistes en formation.

Je vous prie d'agréer, Madame la Députée, l'expression de mes salutations distinguées.

[Le nom que vous avez renseigné sera placé ici], orthophoniste de la région [La région que vous avez renseigné sera placée ici]

Communiqué de presse :

 01 40 63 60 00

Danièle Cazarian

La République en Marche

Vous pouvez contacter ce parlementaire en vous rendant directement sur sa page Facebook. Vous pouvez également copier/coller le texte ci-dessous.

Dans le cadre de l’examen du projet de loi sur la transformation de la fonction publique, les députés du groupe La République En Marche ont déposé un amendement (http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/amendements/1924/AN/910.pdf) destiné à instaurer le recours au « recrutement d’apprentis dans la Fonction Publique Hospitalière pour les professions d’infirmier, de masseur-kinésithérapeute, de pédicure-podologue, d’orthoptiste et d’orthophoniste ».

Nous vous invitons à rejeter cet amendement inacceptable pour la profession d’orthophoniste.

Il est stupéfiant que le groupe parlementaire majoritaire introduise une nouvelle voie d’entrée dans ces professions, alors même qu’une réforme plus vaste des études de santé est posée dans le cadre du projet de loi relatif à l'organisation et à la transformation du système de santé, avec notamment l’instauration d’un dispositif de recertification.
L’apprentissage pour les professions de santé n’a jamais été discuté avec ces professions, aucune organisation des professionnels de santé n’a été consultée avant le dépôt de cet amendement.

Nous craignons que cet amendement qui arrive ainsi subitement sans concertation aucune avec les professions concernées, avec les instituts ou les centres de formation, soit la réponse proposée par le gouvernement à la disparition des orthophonistes salariés, en raison des grilles salariales injustes qui leur sont proposées.
Nous n’accepterons pas que des apprentis en orthophonie occupent les nombreux postes vacants en établissements médico-sociaux ou à l'hôpital. Les patients qui ont besoin d’orthophonie doivent accéder à des orthophonistes diplômés et non à des orthophonistes en formation.

Madame la Députée,

Dans le cadre de l’examen du projet de loi sur la transformation de la fonction publique, les députés du groupe La République En Marche ont déposé un amendement (http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/amendements/1924/AN/910.pdf) destiné à instaurer le recours au « recrutement d’apprentis dans la Fonction Publique Hospitalière pour les professions d’infirmier, de masseur-kinésithérapeute, de pédicure-podologue, d’orthoptiste et d’orthophoniste ». Nous vous invitons à rejeter cet amendement inacceptable pour la profession d’orthophoniste. Il est stupéfiant que le groupe parlementaire majoritaire introduise une nouvelle voie d’entrée dans ces professions, alors même qu’une réforme plus vaste des études de santé est posée dans le cadre du projet de loi relatif à l'organisation et à la transformation du système de santé, avec notamment l’instauration d’un dispositif de recertification. L’apprentissage pour les professions de santé n’a jamais été discuté avec ces professions, aucune organisation des professionnels de santé n’a été consultée avant le dépôt de cet amendement. Nous craignons que cet amendement qui arrive ainsi subitement sans concertation aucune avec les professions concernées, avec les instituts ou les centres de formation, soit la réponse proposée par le gouvernement à la disparition des orthophonistes salariés, en raison des grilles salariales injustes qui leur sont proposées. Nous n’accepterons pas que des apprentis en orthophonie occupent les nombreux postes vacants en établissements médico-sociaux ou à l'hôpital. Les patients qui ont besoin d’orthophonie doivent accéder à des orthophonistes diplômés et non à des orthophonistes en formation.

Je vous prie d'agréer, Madame la Députée, l'expression de mes salutations distinguées.

[Le nom que vous avez renseigné sera placé ici], orthophoniste de la région [La région que vous avez renseigné sera placée ici]

Communiqué de presse :

 01 40 63 60 00

Jean-Luc Fugit

La République en Marche

Vous pouvez contacter ce parlementaire en vous rendant directement sur sa page Facebook. Vous pouvez également copier/coller le texte ci-dessous.

Dans le cadre de l’examen du projet de loi sur la transformation de la fonction publique, les députés du groupe La République En Marche ont déposé un amendement (http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/amendements/1924/AN/910.pdf) destiné à instaurer le recours au « recrutement d’apprentis dans la Fonction Publique Hospitalière pour les professions d’infirmier, de masseur-kinésithérapeute, de pédicure-podologue, d’orthoptiste et d’orthophoniste ».

Nous vous invitons à rejeter cet amendement inacceptable pour la profession d’orthophoniste.

Il est stupéfiant que le groupe parlementaire majoritaire introduise une nouvelle voie d’entrée dans ces professions, alors même qu’une réforme plus vaste des études de santé est posée dans le cadre du projet de loi relatif à l'organisation et à la transformation du système de santé, avec notamment l’instauration d’un dispositif de recertification.
L’apprentissage pour les professions de santé n’a jamais été discuté avec ces professions, aucune organisation des professionnels de santé n’a été consultée avant le dépôt de cet amendement.

Nous craignons que cet amendement qui arrive ainsi subitement sans concertation aucune avec les professions concernées, avec les instituts ou les centres de formation, soit la réponse proposée par le gouvernement à la disparition des orthophonistes salariés, en raison des grilles salariales injustes qui leur sont proposées.
Nous n’accepterons pas que des apprentis en orthophonie occupent les nombreux postes vacants en établissements médico-sociaux ou à l'hôpital. Les patients qui ont besoin d’orthophonie doivent accéder à des orthophonistes diplômés et non à des orthophonistes en formation.

Monsieur le Député,

Dans le cadre de l’examen du projet de loi sur la transformation de la fonction publique, les députés du groupe La République En Marche ont déposé un amendement (http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/amendements/1924/AN/910.pdf) destiné à instaurer le recours au « recrutement d’apprentis dans la Fonction Publique Hospitalière pour les professions d’infirmier, de masseur-kinésithérapeute, de pédicure-podologue, d’orthoptiste et d’orthophoniste ». Nous vous invitons à rejeter cet amendement inacceptable pour la profession d’orthophoniste. Il est stupéfiant que le groupe parlementaire majoritaire introduise une nouvelle voie d’entrée dans ces professions, alors même qu’une réforme plus vaste des études de santé est posée dans le cadre du projet de loi relatif à l'organisation et à la transformation du système de santé, avec notamment l’instauration d’un dispositif de recertification. L’apprentissage pour les professions de santé n’a jamais été discuté avec ces professions, aucune organisation des professionnels de santé n’a été consultée avant le dépôt de cet amendement. Nous craignons que cet amendement qui arrive ainsi subitement sans concertation aucune avec les professions concernées, avec les instituts ou les centres de formation, soit la réponse proposée par le gouvernement à la disparition des orthophonistes salariés, en raison des grilles salariales injustes qui leur sont proposées. Nous n’accepterons pas que des apprentis en orthophonie occupent les nombreux postes vacants en établissements médico-sociaux ou à l'hôpital. Les patients qui ont besoin d’orthophonie doivent accéder à des orthophonistes diplômés et non à des orthophonistes en formation.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Député, l'expression de mes salutations distinguées.

[Le nom que vous avez renseigné sera placé ici], orthophoniste de la région [La région que vous avez renseigné sera placée ici]

Communiqué de presse :

 01 40 63 60 00

Thomas Gassilloud

La République en Marche

Vous pouvez contacter ce parlementaire en vous rendant directement sur sa page Facebook. Vous pouvez également copier/coller le texte ci-dessous.

Dans le cadre de l’examen du projet de loi sur la transformation de la fonction publique, les députés du groupe La République En Marche ont déposé un amendement (http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/amendements/1924/AN/910.pdf) destiné à instaurer le recours au « recrutement d’apprentis dans la Fonction Publique Hospitalière pour les professions d’infirmier, de masseur-kinésithérapeute, de pédicure-podologue, d’orthoptiste et d’orthophoniste ».

Nous vous invitons à rejeter cet amendement inacceptable pour la profession d’orthophoniste.

Il est stupéfiant que le groupe parlementaire majoritaire introduise une nouvelle voie d’entrée dans ces professions, alors même qu’une réforme plus vaste des études de santé est posée dans le cadre du projet de loi relatif à l'organisation et à la transformation du système de santé, avec notamment l’instauration d’un dispositif de recertification.
L’apprentissage pour les professions de santé n’a jamais été discuté avec ces professions, aucune organisation des professionnels de santé n’a été consultée avant le dépôt de cet amendement.

Nous craignons que cet amendement qui arrive ainsi subitement sans concertation aucune avec les professions concernées, avec les instituts ou les centres de formation, soit la réponse proposée par le gouvernement à la disparition des orthophonistes salariés, en raison des grilles salariales injustes qui leur sont proposées.
Nous n’accepterons pas que des apprentis en orthophonie occupent les nombreux postes vacants en établissements médico-sociaux ou à l'hôpital. Les patients qui ont besoin d’orthophonie doivent accéder à des orthophonistes diplômés et non à des orthophonistes en formation.

Monsieur le Député,

Dans le cadre de l’examen du projet de loi sur la transformation de la fonction publique, les députés du groupe La République En Marche ont déposé un amendement (http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/amendements/1924/AN/910.pdf) destiné à instaurer le recours au « recrutement d’apprentis dans la Fonction Publique Hospitalière pour les professions d’infirmier, de masseur-kinésithérapeute, de pédicure-podologue, d’orthoptiste et d’orthophoniste ». Nous vous invitons à rejeter cet amendement inacceptable pour la profession d’orthophoniste. Il est stupéfiant que le groupe parlementaire majoritaire introduise une nouvelle voie d’entrée dans ces professions, alors même qu’une réforme plus vaste des études de santé est posée dans le cadre du projet de loi relatif à l'organisation et à la transformation du système de santé, avec notamment l’instauration d’un dispositif de recertification. L’apprentissage pour les professions de santé n’a jamais été discuté avec ces professions, aucune organisation des professionnels de santé n’a été consultée avant le dépôt de cet amendement. Nous craignons que cet amendement qui arrive ainsi subitement sans concertation aucune avec les professions concernées, avec les instituts ou les centres de formation, soit la réponse proposée par le gouvernement à la disparition des orthophonistes salariés, en raison des grilles salariales injustes qui leur sont proposées. Nous n’accepterons pas que des apprentis en orthophonie occupent les nombreux postes vacants en établissements médico-sociaux ou à l'hôpital. Les patients qui ont besoin d’orthophonie doivent accéder à des orthophonistes diplômés et non à des orthophonistes en formation.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Député, l'expression de mes salutations distinguées.

[Le nom que vous avez renseigné sera placé ici], orthophoniste de la région [La région que vous avez renseigné sera placée ici]

Communiqué de presse :

 01 40 63 60 00

Cyrille  Isaac-Sibille

Mouvement Démocrate et apparentés

Monsieur le Député,

Dans le cadre de l’examen du projet de loi sur la transformation de la fonction publique, les députés du groupe La République En Marche ont déposé un amendement (http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/amendements/1924/AN/910.pdf) destiné à instaurer le recours au « recrutement d’apprentis dans la Fonction Publique Hospitalière pour les professions d’infirmier, de masseur-kinésithérapeute, de pédicure-podologue, d’orthoptiste et d’orthophoniste ». Nous vous invitons à rejeter cet amendement inacceptable pour la profession d’orthophoniste. Il est stupéfiant que le groupe parlementaire majoritaire introduise une nouvelle voie d’entrée dans ces professions, alors même qu’une réforme plus vaste des études de santé est posée dans le cadre du projet de loi relatif à l'organisation et à la transformation du système de santé, avec notamment l’instauration d’un dispositif de recertification. L’apprentissage pour les professions de santé n’a jamais été discuté avec ces professions, aucune organisation des professionnels de santé n’a été consultée avant le dépôt de cet amendement. Nous craignons que cet amendement qui arrive ainsi subitement sans concertation aucune avec les professions concernées, avec les instituts ou les centres de formation, soit la réponse proposée par le gouvernement à la disparition des orthophonistes salariés, en raison des grilles salariales injustes qui leur sont proposées. Nous n’accepterons pas que des apprentis en orthophonie occupent les nombreux postes vacants en établissements médico-sociaux ou à l'hôpital. Les patients qui ont besoin d’orthophonie doivent accéder à des orthophonistes diplômés et non à des orthophonistes en formation.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Député, l'expression de mes salutations distinguées.

[Le nom que vous avez renseigné sera placé ici], orthophoniste de la région [La région que vous avez renseigné sera placée ici]

Communiqué de presse :

 01 40 63 60 00

Hubert Julien-Laferriere

La République en Marche

Vous pouvez contacter ce parlementaire en vous rendant directement sur sa page Facebook. Vous pouvez également copier/coller le texte ci-dessous.

Dans le cadre de l’examen du projet de loi sur la transformation de la fonction publique, les députés du groupe La République En Marche ont déposé un amendement (http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/amendements/1924/AN/910.pdf) destiné à instaurer le recours au « recrutement d’apprentis dans la Fonction Publique Hospitalière pour les professions d’infirmier, de masseur-kinésithérapeute, de pédicure-podologue, d’orthoptiste et d’orthophoniste ».

Nous vous invitons à rejeter cet amendement inacceptable pour la profession d’orthophoniste.

Il est stupéfiant que le groupe parlementaire majoritaire introduise une nouvelle voie d’entrée dans ces professions, alors même qu’une réforme plus vaste des études de santé est posée dans le cadre du projet de loi relatif à l'organisation et à la transformation du système de santé, avec notamment l’instauration d’un dispositif de recertification.
L’apprentissage pour les professions de santé n’a jamais été discuté avec ces professions, aucune organisation des professionnels de santé n’a été consultée avant le dépôt de cet amendement.

Nous craignons que cet amendement qui arrive ainsi subitement sans concertation aucune avec les professions concernées, avec les instituts ou les centres de formation, soit la réponse proposée par le gouvernement à la disparition des orthophonistes salariés, en raison des grilles salariales injustes qui leur sont proposées.
Nous n’accepterons pas que des apprentis en orthophonie occupent les nombreux postes vacants en établissements médico-sociaux ou à l'hôpital. Les patients qui ont besoin d’orthophonie doivent accéder à des orthophonistes diplômés et non à des orthophonistes en formation.

Monsieur le Député,

Dans le cadre de l’examen du projet de loi sur la transformation de la fonction publique, les députés du groupe La République En Marche ont déposé un amendement (http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/amendements/1924/AN/910.pdf) destiné à instaurer le recours au « recrutement d’apprentis dans la Fonction Publique Hospitalière pour les professions d’infirmier, de masseur-kinésithérapeute, de pédicure-podologue, d’orthoptiste et d’orthophoniste ». Nous vous invitons à rejeter cet amendement inacceptable pour la profession d’orthophoniste. Il est stupéfiant que le groupe parlementaire majoritaire introduise une nouvelle voie d’entrée dans ces professions, alors même qu’une réforme plus vaste des études de santé est posée dans le cadre du projet de loi relatif à l'organisation et à la transformation du système de santé, avec notamment l’instauration d’un dispositif de recertification. L’apprentissage pour les professions de santé n’a jamais été discuté avec ces professions, aucune organisation des professionnels de santé n’a été consultée avant le dépôt de cet amendement. Nous craignons que cet amendement qui arrive ainsi subitement sans concertation aucune avec les professions concernées, avec les instituts ou les centres de formation, soit la réponse proposée par le gouvernement à la disparition des orthophonistes salariés, en raison des grilles salariales injustes qui leur sont proposées. Nous n’accepterons pas que des apprentis en orthophonie occupent les nombreux postes vacants en établissements médico-sociaux ou à l'hôpital. Les patients qui ont besoin d’orthophonie doivent accéder à des orthophonistes diplômés et non à des orthophonistes en formation.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Député, l'expression de mes salutations distinguées.

[Le nom que vous avez renseigné sera placé ici], orthophoniste de la région [La région que vous avez renseigné sera placée ici]

Communiqué de presse :

 01 40 63 60 00

Anissa Khedher

La République en Marche

Vous pouvez contacter ce parlementaire en vous rendant directement sur sa page Facebook. Vous pouvez également copier/coller le texte ci-dessous.

Dans le cadre de l’examen du projet de loi sur la transformation de la fonction publique, les députés du groupe La République En Marche ont déposé un amendement (http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/amendements/1924/AN/910.pdf) destiné à instaurer le recours au « recrutement d’apprentis dans la Fonction Publique Hospitalière pour les professions d’infirmier, de masseur-kinésithérapeute, de pédicure-podologue, d’orthoptiste et d’orthophoniste ».

Nous vous invitons à rejeter cet amendement inacceptable pour la profession d’orthophoniste.

Il est stupéfiant que le groupe parlementaire majoritaire introduise une nouvelle voie d’entrée dans ces professions, alors même qu’une réforme plus vaste des études de santé est posée dans le cadre du projet de loi relatif à l'organisation et à la transformation du système de santé, avec notamment l’instauration d’un dispositif de recertification.
L’apprentissage pour les professions de santé n’a jamais été discuté avec ces professions, aucune organisation des professionnels de santé n’a été consultée avant le dépôt de cet amendement.

Nous craignons que cet amendement qui arrive ainsi subitement sans concertation aucune avec les professions concernées, avec les instituts ou les centres de formation, soit la réponse proposée par le gouvernement à la disparition des orthophonistes salariés, en raison des grilles salariales injustes qui leur sont proposées.
Nous n’accepterons pas que des apprentis en orthophonie occupent les nombreux postes vacants en établissements médico-sociaux ou à l'hôpital. Les patients qui ont besoin d’orthophonie doivent accéder à des orthophonistes diplômés et non à des orthophonistes en formation.

Madame la Députée,

Dans le cadre de l’examen du projet de loi sur la transformation de la fonction publique, les députés du groupe La République En Marche ont déposé un amendement (http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/amendements/1924/AN/910.pdf) destiné à instaurer le recours au « recrutement d’apprentis dans la Fonction Publique Hospitalière pour les professions d’infirmier, de masseur-kinésithérapeute, de pédicure-podologue, d’orthoptiste et d’orthophoniste ». Nous vous invitons à rejeter cet amendement inacceptable pour la profession d’orthophoniste. Il est stupéfiant que le groupe parlementaire majoritaire introduise une nouvelle voie d’entrée dans ces professions, alors même qu’une réforme plus vaste des études de santé est posée dans le cadre du projet de loi relatif à l'organisation et à la transformation du système de santé, avec notamment l’instauration d’un dispositif de recertification. L’apprentissage pour les professions de santé n’a jamais été discuté avec ces professions, aucune organisation des professionnels de santé n’a été consultée avant le dépôt de cet amendement. Nous craignons que cet amendement qui arrive ainsi subitement sans concertation aucune avec les professions concernées, avec les instituts ou les centres de formation, soit la réponse proposée par le gouvernement à la disparition des orthophonistes salariés, en raison des grilles salariales injustes qui leur sont proposées. Nous n’accepterons pas que des apprentis en orthophonie occupent les nombreux postes vacants en établissements médico-sociaux ou à l'hôpital. Les patients qui ont besoin d’orthophonie doivent accéder à des orthophonistes diplômés et non à des orthophonistes en formation.

Je vous prie d'agréer, Madame la Députée, l'expression de mes salutations distinguées.

[Le nom que vous avez renseigné sera placé ici], orthophoniste de la région [La région que vous avez renseigné sera placée ici]

Communiqué de presse :

 01 40 63 60 00

Bernard Perrut

Les Républicains

Vous pouvez contacter ce parlementaire en vous rendant directement sur sa page Facebook. Vous pouvez également copier/coller le texte ci-dessous.

Dans le cadre de l’examen du projet de loi sur la transformation de la fonction publique, les députés du groupe La République En Marche ont déposé un amendement (http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/amendements/1924/AN/910.pdf) destiné à instaurer le recours au « recrutement d’apprentis dans la Fonction Publique Hospitalière pour les professions d’infirmier, de masseur-kinésithérapeute, de pédicure-podologue, d’orthoptiste et d’orthophoniste ».

Nous vous invitons à rejeter cet amendement inacceptable pour la profession d’orthophoniste.

Il est stupéfiant que le groupe parlementaire majoritaire introduise une nouvelle voie d’entrée dans ces professions, alors même qu’une réforme plus vaste des études de santé est posée dans le cadre du projet de loi relatif à l'organisation et à la transformation du système de santé, avec notamment l’instauration d’un dispositif de recertification.
L’apprentissage pour les professions de santé n’a jamais été discuté avec ces professions, aucune organisation des professionnels de santé n’a été consultée avant le dépôt de cet amendement.

Nous craignons que cet amendement qui arrive ainsi subitement sans concertation aucune avec les professions concernées, avec les instituts ou les centres de formation, soit la réponse proposée par le gouvernement à la disparition des orthophonistes salariés, en raison des grilles salariales injustes qui leur sont proposées.
Nous n’accepterons pas que des apprentis en orthophonie occupent les nombreux postes vacants en établissements médico-sociaux ou à l'hôpital. Les patients qui ont besoin d’orthophonie doivent accéder à des orthophonistes diplômés et non à des orthophonistes en formation.

Monsieur le Député,

Dans le cadre de l’examen du projet de loi sur la transformation de la fonction publique, les députés du groupe La République En Marche ont déposé un amendement (http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/amendements/1924/AN/910.pdf) destiné à instaurer le recours au « recrutement d’apprentis dans la Fonction Publique Hospitalière pour les professions d’infirmier, de masseur-kinésithérapeute, de pédicure-podologue, d’orthoptiste et d’orthophoniste ». Nous vous invitons à rejeter cet amendement inacceptable pour la profession d’orthophoniste. Il est stupéfiant que le groupe parlementaire majoritaire introduise une nouvelle voie d’entrée dans ces professions, alors même qu’une réforme plus vaste des études de santé est posée dans le cadre du projet de loi relatif à l'organisation et à la transformation du système de santé, avec notamment l’instauration d’un dispositif de recertification. L’apprentissage pour les professions de santé n’a jamais été discuté avec ces professions, aucune organisation des professionnels de santé n’a été consultée avant le dépôt de cet amendement. Nous craignons que cet amendement qui arrive ainsi subitement sans concertation aucune avec les professions concernées, avec les instituts ou les centres de formation, soit la réponse proposée par le gouvernement à la disparition des orthophonistes salariés, en raison des grilles salariales injustes qui leur sont proposées. Nous n’accepterons pas que des apprentis en orthophonie occupent les nombreux postes vacants en établissements médico-sociaux ou à l'hôpital. Les patients qui ont besoin d’orthophonie doivent accéder à des orthophonistes diplômés et non à des orthophonistes en formation.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Député, l'expression de mes salutations distinguées.

[Le nom que vous avez renseigné sera placé ici], orthophoniste de la région [La région que vous avez renseigné sera placée ici]

Communiqué de presse :

 01 40 63 60 00
 04 74 62 60 12
 04 74 68 07 44

Thomas  Rudigoz

La République en Marche

Vous pouvez contacter ce parlementaire en vous rendant directement sur sa page Facebook. Vous pouvez également copier/coller le texte ci-dessous.

Dans le cadre de l’examen du projet de loi sur la transformation de la fonction publique, les députés du groupe La République En Marche ont déposé un amendement (http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/amendements/1924/AN/910.pdf) destiné à instaurer le recours au « recrutement d’apprentis dans la Fonction Publique Hospitalière pour les professions d’infirmier, de masseur-kinésithérapeute, de pédicure-podologue, d’orthoptiste et d’orthophoniste ».

Nous vous invitons à rejeter cet amendement inacceptable pour la profession d’orthophoniste.

Il est stupéfiant que le groupe parlementaire majoritaire introduise une nouvelle voie d’entrée dans ces professions, alors même qu’une réforme plus vaste des études de santé est posée dans le cadre du projet de loi relatif à l'organisation et à la transformation du système de santé, avec notamment l’instauration d’un dispositif de recertification.
L’apprentissage pour les professions de santé n’a jamais été discuté avec ces professions, aucune organisation des professionnels de santé n’a été consultée avant le dépôt de cet amendement.

Nous craignons que cet amendement qui arrive ainsi subitement sans concertation aucune avec les professions concernées, avec les instituts ou les centres de formation, soit la réponse proposée par le gouvernement à la disparition des orthophonistes salariés, en raison des grilles salariales injustes qui leur sont proposées.
Nous n’accepterons pas que des apprentis en orthophonie occupent les nombreux postes vacants en établissements médico-sociaux ou à l'hôpital. Les patients qui ont besoin d’orthophonie doivent accéder à des orthophonistes diplômés et non à des orthophonistes en formation.

Monsieur le Député,

Dans le cadre de l’examen du projet de loi sur la transformation de la fonction publique, les députés du groupe La République En Marche ont déposé un amendement (http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/amendements/1924/AN/910.pdf) destiné à instaurer le recours au « recrutement d’apprentis dans la Fonction Publique Hospitalière pour les professions d’infirmier, de masseur-kinésithérapeute, de pédicure-podologue, d’orthoptiste et d’orthophoniste ». Nous vous invitons à rejeter cet amendement inacceptable pour la profession d’orthophoniste. Il est stupéfiant que le groupe parlementaire majoritaire introduise une nouvelle voie d’entrée dans ces professions, alors même qu’une réforme plus vaste des études de santé est posée dans le cadre du projet de loi relatif à l'organisation et à la transformation du système de santé, avec notamment l’instauration d’un dispositif de recertification. L’apprentissage pour les professions de santé n’a jamais été discuté avec ces professions, aucune organisation des professionnels de santé n’a été consultée avant le dépôt de cet amendement. Nous craignons que cet amendement qui arrive ainsi subitement sans concertation aucune avec les professions concernées, avec les instituts ou les centres de formation, soit la réponse proposée par le gouvernement à la disparition des orthophonistes salariés, en raison des grilles salariales injustes qui leur sont proposées. Nous n’accepterons pas que des apprentis en orthophonie occupent les nombreux postes vacants en établissements médico-sociaux ou à l'hôpital. Les patients qui ont besoin d’orthophonie doivent accéder à des orthophonistes diplômés et non à des orthophonistes en formation.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Député, l'expression de mes salutations distinguées.

[Le nom que vous avez renseigné sera placé ici], orthophoniste de la région [La région que vous avez renseigné sera placée ici]

Communiqué de presse :

 01 40 63 60 00

Jean-Louis Touraine

La République en Marche

Vous pouvez contacter ce parlementaire en vous rendant directement sur sa page Facebook. Vous pouvez également copier/coller le texte ci-dessous.

Dans le cadre de l’examen du projet de loi sur la transformation de la fonction publique, les députés du groupe La République En Marche ont déposé un amendement (http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/amendements/1924/AN/910.pdf) destiné à instaurer le recours au « recrutement d’apprentis dans la Fonction Publique Hospitalière pour les professions d’infirmier, de masseur-kinésithérapeute, de pédicure-podologue, d’orthoptiste et d’orthophoniste ».

Nous vous invitons à rejeter cet amendement inacceptable pour la profession d’orthophoniste.

Il est stupéfiant que le groupe parlementaire majoritaire introduise une nouvelle voie d’entrée dans ces professions, alors même qu’une réforme plus vaste des études de santé est posée dans le cadre du projet de loi relatif à l'organisation et à la transformation du système de santé, avec notamment l’instauration d’un dispositif de recertification.
L’apprentissage pour les professions de santé n’a jamais été discuté avec ces professions, aucune organisation des professionnels de santé n’a été consultée avant le dépôt de cet amendement.

Nous craignons que cet amendement qui arrive ainsi subitement sans concertation aucune avec les professions concernées, avec les instituts ou les centres de formation, soit la réponse proposée par le gouvernement à la disparition des orthophonistes salariés, en raison des grilles salariales injustes qui leur sont proposées.
Nous n’accepterons pas que des apprentis en orthophonie occupent les nombreux postes vacants en établissements médico-sociaux ou à l'hôpital. Les patients qui ont besoin d’orthophonie doivent accéder à des orthophonistes diplômés et non à des orthophonistes en formation.

Monsieur le Député,

Dans le cadre de l’examen du projet de loi sur la transformation de la fonction publique, les députés du groupe La République En Marche ont déposé un amendement (http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/amendements/1924/AN/910.pdf) destiné à instaurer le recours au « recrutement d’apprentis dans la Fonction Publique Hospitalière pour les professions d’infirmier, de masseur-kinésithérapeute, de pédicure-podologue, d’orthoptiste et d’orthophoniste ». Nous vous invitons à rejeter cet amendement inacceptable pour la profession d’orthophoniste. Il est stupéfiant que le groupe parlementaire majoritaire introduise une nouvelle voie d’entrée dans ces professions, alors même qu’une réforme plus vaste des études de santé est posée dans le cadre du projet de loi relatif à l'organisation et à la transformation du système de santé, avec notamment l’instauration d’un dispositif de recertification. L’apprentissage pour les professions de santé n’a jamais été discuté avec ces professions, aucune organisation des professionnels de santé n’a été consultée avant le dépôt de cet amendement. Nous craignons que cet amendement qui arrive ainsi subitement sans concertation aucune avec les professions concernées, avec les instituts ou les centres de formation, soit la réponse proposée par le gouvernement à la disparition des orthophonistes salariés, en raison des grilles salariales injustes qui leur sont proposées. Nous n’accepterons pas que des apprentis en orthophonie occupent les nombreux postes vacants en établissements médico-sociaux ou à l'hôpital. Les patients qui ont besoin d’orthophonie doivent accéder à des orthophonistes diplômés et non à des orthophonistes en formation.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Député, l'expression de mes salutations distinguées.

[Le nom que vous avez renseigné sera placé ici], orthophoniste de la région [La région que vous avez renseigné sera placée ici]

Communiqué de presse :

 01 40 63 60 00
 04 37 45 49 49

Patrice Verchère

Les Républicains

Monsieur le Député,

Dans le cadre de l’examen du projet de loi sur la transformation de la fonction publique, les députés du groupe La République En Marche ont déposé un amendement (http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/amendements/1924/AN/910.pdf) destiné à instaurer le recours au « recrutement d’apprentis dans la Fonction Publique Hospitalière pour les professions d’infirmier, de masseur-kinésithérapeute, de pédicure-podologue, d’orthoptiste et d’orthophoniste ». Nous vous invitons à rejeter cet amendement inacceptable pour la profession d’orthophoniste. Il est stupéfiant que le groupe parlementaire majoritaire introduise une nouvelle voie d’entrée dans ces professions, alors même qu’une réforme plus vaste des études de santé est posée dans le cadre du projet de loi relatif à l'organisation et à la transformation du système de santé, avec notamment l’instauration d’un dispositif de recertification. L’apprentissage pour les professions de santé n’a jamais été discuté avec ces professions, aucune organisation des professionnels de santé n’a été consultée avant le dépôt de cet amendement. Nous craignons que cet amendement qui arrive ainsi subitement sans concertation aucune avec les professions concernées, avec les instituts ou les centres de formation, soit la réponse proposée par le gouvernement à la disparition des orthophonistes salariés, en raison des grilles salariales injustes qui leur sont proposées. Nous n’accepterons pas que des apprentis en orthophonie occupent les nombreux postes vacants en établissements médico-sociaux ou à l'hôpital. Les patients qui ont besoin d’orthophonie doivent accéder à des orthophonistes diplômés et non à des orthophonistes en formation.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Député, l'expression de mes salutations distinguées.

[Le nom que vous avez renseigné sera placé ici], orthophoniste de la région [La région que vous avez renseigné sera placée ici]

Communiqué de presse :

 01 40 63 60 00
 04 74 05 29 59